La NEF histoire d’une désillusion

LA NEF, BANQUE ETHIQUE OU BANQUE DE FLIC ?

HISTOIRE D’UNE DESILLUSION

Banquier-ferme_Ysope

 

Il y a quelques années, j’ai reçu un petit héritage, fruit de la vente d’un appartement. Merci Tantine ! Après la part de l’état (55%), le partage entre héritiers, il me restait un chèque de notaire dont le montant pourrait paraître banal à certains mais qui représentait le plus gros chèque que j’avais eu entre les mains de toute ma vie.

C’était l’occasion d’ouvrir un compte à une banque différente promouvant l’écologie et la solidarité : la NEF.

Ce dépôt, d’origine pourtant parfaitement identifié a-t-il d’emblée paru suspect ? Ça fait beaucoup d’argent déposé par un mal rasé en habit de travail ! Peut-être ce péché originel explique-t-il la suite des événements.

D’abord, il a fallu justifier le choix de l’agence d’ Angers plutôt que celle de Nantes (plus proche de mon domicile). Et moi, je n’aime pas me justifier ! Je vous le dis quand même parce que c’est bête comme chou : je viens plus souvent à Angers qu’à Nantes. Je reste positif et je passe ; mon argent va aider à soutenir des actions éthiques et échappera au grand capital.

Au fur et à mesure des années, le bas de laine s’effiloche puis un jour c’est le rappel à la réalité : Monsieur, votre compte est en découvert. Effectivement, de quelques euros ; ça avait l’air grave. Je le réapprovisionne rapidement et le laisse dormir. Erreur : J’apprends qu’il est prélevé des frais pour compte inactif au bout de trois mois. Cela m’apparait quelque peu mesquin pour un banque qui prône la relation humaine et en plus contreproductif. Imaginons qu’une personne ait 10 000 euros sur un compte NEF, vaut-il mieux qu’elle le laisse en place ou qu’elle enlève 1000 euros tous les trois mois pour échapper aux frais d’inactivité ?

Entre temps, il avait été envisagé que l’association « la clé des champs » («écolo, musico, populo, poil au dos) dont je suis le président transfère ses comptes à la NEF par affinités d’engagement. L’affaire a capoté pour un détail bénin, bénin. Il se trouve que la NEF ne prend pas de frais de tenue de compte pour les particuliers mais qu’elle en prend pour les associations. A la rigueur, on pourrait admettre l’inverse mais qu’une banque « éthique » racle sur le milieu associatif qu’elle est censé soutenir ; ça nous a rebuté.

Ca fait déjà pas mal d’accros mais voici le pompon. Je viens de recevoir une demande de la NEF m’enjoignant de lui fournir des documents de nature personnelle ce qui à plus à voir avec du flicage que de la finance. La NEF en serviteur zélé de l’Etat applique des demandes inquisitoires pour débusquer derrière le petit épargnant le blanchisseur d’argent sale, le terroriste en puissance, le criminel derrière le client. Bien sûr que cela existe mais il faut raison et confiance garder. Pensez plutôt au Lux leaks au Libor, au Panama papers, à la banque HSBC et aussi pour mémoire à l’affaire Urba, au carrefour du développement, aux lois d’amnistie financière…Beaucoup d’affaires, peu de condamnés. C’est du cynisme, une déviance de la loi pour contrôler le peuple « suspect «  par essence de la même manière que l’état d’urgence contre le terrorisme s’est aussi abattu sur des militants politiques et écologiques lors de la COP21.

En quoi, NEF ou autre banque, avez-vous besoin de connaitre alors que je vous ai fourni les documents nécessaires à l’ouverture du compte si je suis toujours moi-même (carte d’identité à jour), mes bulletins de salaire ou retraite, mon imposition, mes attestations de revenus, mes preuves de domiciles, mon RSA, mes revenus fonciers entre autre sollicitations. La prochaine fois, faudra-t-il mes empreintes génétiques ou la photo de mon cul !

En acceptant de collaborer pour l’Etat à des créations de fichier qui peuvent aussi servir à des fins commerciales (BPCE), vous perdez ma confiance. Et la banque est un édifice fragile dont les fondations sont justement la confiance. Ainsi, mon assurance vie qui arrive à terme et que je comptai déposer chez vous, ira dormir sous les torchons. Pensez-vous, avec une « telle somme », je serais tout de suite suspect !

En conséquence, pour faire suite à votre demande :

Considérant l’article 2 de la loi L 561-5 du code monétaire et financier : Par dérogation au 1 lorsque le risque de blanchiment des capitaux ou du financement du terrorisme parait faible et dans les conditions fixées par décret en Conseil d’Etat, il peut être procédé uniquement pendant l’établissement de la relation d’affairer à la vérification de l’identité du client et le cas échéant du bénéficiaire effectif.

Et surtout par conviction philosophique, politique et simplement parce que je me considère comme un honnête homme et que je n’ai pas à le prouver, je ne vous fournirais aucun des documents demandés.

Ce coup de gueule sera mis sur le site de l’association le clé des champs www.asso-lacledeschamps.org. Vous pourrez faire valoir vos arguments en réponse et si d’aventure vous souhaitez échanger de vive voix, c’est tout à fait possible lors des débats qui sont organisés lors de la manifestation « Village en fête » (onzième édition, 3000 visiteurs) le 18 septembre 2016 à Florent des bois (85).

 

Vértes salutations.

Pierre Gaborieau

Publicités

2 réponses à “La NEF histoire d’une désillusion

  1. Pierre, il s’agit jusqu’à présent d’un compte Crédit coopératif-La nef, puisque ce n’est que très récemment, que la Nef seule peut ouvrir des comptes. aucune banque n’aime les comptes dormants
    J’en ai un à Nantes, que je fais tourner grâce à la carte bleue, car je ne vais tous les jours à Nantes, je ne suis pas persuadé de l’utilité la nécessité de ces dépôts surtout lorsue qu’on sait que des gens avec des bons projets se sont vus refuser l’accord de prêts par ces mêmes banques et je me pose les mêmes questions que toi
    Bonne journée
    Christian

  2. Bonjour,
    Dans le même genre nous avons ouvert un compte au crédit coopératif il y a 4-5 ans et mon salaire tombait dessus chaque mois. Nous avons gardé la banque de notre crédit immobilier (la BP) et l’année dernière j’ai pris rendez vous avec le crédit coopératif pour qu’ils rachètent notre prêt et ainsi clôturer tous nos comptes dans notre ancienne banque. Et bien, le crédit coop n’a pas voulu le racheter, on ne gagnait pas assez, alors qu’ils avaient pu constater que nous n’étions jamais à découvert! Et alors même que le rachat de crédit, vu les taux, nous permettait de payer une centaine d’euros de moins par mois!!! Je suppose que 4 enfants et un salaire d’instit, ça leur a fait peur alors qu’on arrive à s’en sortir grâce à la sobriété heureuse… D’autres banques étaient pourtant prêtes à nous prendre… ça m’a bien énervée aussi et je leur ai dit ce que j’en pensais, que nous avions changé de banque par conviction mais que tant pis, on retournait à la BP…
    A bientôt! Et vous avez bien eu raison de leur écrire!
    Bérangère

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s