Saint Gabo

img_20160908_181609


Quand la petite a su qu’on l’emmenait à Lourdes

Dans l’espoir d’y trouver peut-être, un saint Gabo,

La gosse a dit : Faut-il que vous soyez nigauds !

Moi, je n’en croirais rien même si j’étais gourde.

Jamais nous n’eussions cru qu’une enfant de son âge

Osa se comporter ainsi avec des vieux,

Enfin des demi-vieux mais qui font de leur mieux

Pour sauver des marmots que le démon enrage.

img_20160908_183141

Grimace et pied-de-nez, insulte et bras d’honneur

Le plus souvent doublé d’un doigt plus qu’insolent,

Telle est la panoplie que cette douce enfant

Servait sans hésiter à ceux qui par malheur

Croisaient notre chemin. La plupart en riaient

Mais il en est certains qui se fâchaient très vite

Et qui nous menaçaient sans qu’on les y invite,

De se plaindre en haut lieu. Parfois même ils criaient.

img_20160831_100431

Pourquoi vous le cacher, la sainte Bernadette

Était super fâchée quand nous lui avons dit

Qu’à la Clop on s’assoit sur tous les interdits

Brandis par les curés ou les sœurs en cornette.

Et de nous reprocher la chèvre à Marie-Louise

Et les chansons de BAB qui bouffe du curé

Et Joss qu’elle a reçu mais qu’elle a recalé…

À ce moment j’ai su que j’étais dans la mouise.

 

Pour tenter de calmer sa fureur indomptable,

Je lui ai rappelé que mon ami Gabo

Se montre généreux même envers les poivrots

– d’ailleurs j’en fais partie – et que c’est charitable.

Mais là, j’ai vraiment cru qu’elle allait m’assommer

Tant le nom de Gabo lui restait dans la gorge.

Elle a même juré – si je mens, qu’on m’égorge –

Car j’ai bien entendu. Je n’étais pas bourré.

 

Elle a dit que Gabo est un vrai scélérat

Qui ose profaner le nom de sa commune,

Et qu’elle se méfie des gens qui font fortune

En vendant aux enfants de la barbe à papa.

Paraît que Saint Florent a fait un vrai scandale

Lui qui avait déjà plus que mal supporté

Qu’on le marie de force à son voisin Chaillé,

Il crie partout que Pierre est un affreux vandale.

 

Quand on a évoqué tes savoirs sur les plantes

Et tous les noms latins que tu connais par cœur,

Elle est devenue verte et pétrie de rancœur

Avant de nous servir une horrible gueulante :

Il fut un temps Messieurs, où des actes semblables

Conduisaient à coup sûr, leurs auteurs au bûcher.

La magie a toujours usurpé le sacré.

Ce que fait votre ami est plus que condamnable.

 

C’était le jubilé de la miséricorde.

Michel m’a dit Daniel, il faut en profiter.

Pour obtenir des trucs, y’a qu’à les demander.

Pourquoi nous en priver si le ciel nous l’accorde ?

Nous avons donc Gabo, prié pour que ton âme

Égarée, tu le sais, sur un chemin sans but,

Retrouve enfin la foi qui fera son salut

Et lui épargnera et l’enfer et les flammes.

 

Mais nous n’avons rien fait pour ta fichue gamine.

Nous avons préféré penser qu’en grandissant,

Influencée par toi, elle aura très longtemps

Ce ton impertinent mais juste qui t’anime,

Ce talent reconnu de remetteur en cause,

Cet esprit subversif, cette capacité

À soulever les monts, ce culot effronté,

Ce toupet, ce génie… qui nous métamorphose.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s